Des ateliers d’écriture à Tassin et à Ecully

Danielle Birken est coach de métier. Je l’ai rencontrée dans le cadre des ateliers d’écriture qu’elle anime, depuis quelques années à Tassin et à Ecully, à travers l’association Art Dies.
Après avoir participé pendant huit ans à des ateliers d’écriture, Danielle Birken a souhaité se former à l’animation d’atelier d’écriture. Si son parcours d’écrivante lui a permis d’expérimenter tous les terrains de jeu de l’écriture, elle garde une préférence marquée pour l’autobiographie et l’écriture du fragment. Après s’être formée en 2012, elle est passée de la posture d’écrivante à celle d’animatrice d’atelier, tout en conservant son espace d’écriture personnel. C’est à travers son propre parcours de vie qu’elle puise les ressources comme autant de nouvelles propositions d’écriture à ré-inventer. Danielle Birken a choisi d’ajouter une nouvelle corde à son arc en 2015, par le biais d’une formation qui a jeté un pont entre elle et moi. Formées toutes deux au métier de biographe par Isabelle Sarcey d’Iscriptura, nous avons en commun la passion des mots. Danielle Birken embrasse aujourd’hui toutes les dimensions de l’écriture autobiographique que ce soit à travers le « faire-écrire » dans les ateliers qu’elle conduit ou dans le cadre d’une biographie pour autrui. Elle a à cœur de renouveler ses propositions pour diversifier les séances, en tenant compte des attentes des participants. En alimentant un blog avec les textes écrits en atelier, elle a su insuffler cohésion et énergie à cette communauté d’écrivants. Ce prolongement de l’atelier confère à chaque participant une légitimité pour son texte. Ici, il n’y a pas UNE façon d’écrire. La tolérance, le respect de la différence et la bienveillance sont de mise. Une charte éditoriale est désormais proposée à tout nouveau participant qui la signe et s’engage à respecter les valeurs morales et éthiques de l’association. Dans la perspective de partager avec le plus grand nombre la diversité créatrice qui s’exprime au cours des ateliers, des séances de lecture publique sont également proposées.
La prochaine se tiendra au Centre Culturel d’Ecully le 22 juin à 19h
20160304_171143
http://artdies.fr
Photo Laurence Soleymieux
De gauche à droite : Danièle Birken,Christine, Michèle, Magali, Christiane, Marie-Françoise, Marie-Jo

Proverbe convergent

Ma mère me répétait :
« -La nuit tous les chats sont gris ». J’avais beau examiner de près les rues désertes que nous traversions, confortablement assise à l’arrière de la voiture, je ne comprenais pas. Nous évitions de justesse quelques chats blanc et noir qui se jetaient devant nos roues. Si cette affirmation signifiait que la nuit confond les hommes et les femmes ; qu’il est question ici d’apparence et de vraisemblance, je considère aujourd’hui que « la nuit tous les gars sont pris ». Passagère à l’avant de ce véhicule, je ne vois pour tout chat que des gars mal accompagnés. Certains titubent. Quand ils ne sont pas pris, ils sont gris. Sans doute sont-ils gris d’être pris ….?